Archives for posts with tag: Mises

Over at Punto de Vista Economico Nicolas Cachanosky has a very enlightening post on the debate hosted by the Online Library of Liberty about Ludwig von Mises’ Theory of Money and Credit that I posted about earlier. The whole thing is worth reading, as well as Nicolas’ various essays on the topic (here and here for example).

In this post I’m going to go further than I did the last post. I am going to claim that there might actually might be room for a reconciliation in the debate over the convergence to 100-percent reserves in free banking. That is, with a small concession one-hundred-percenteers might be able to salvage the idea that competition among free banks would lead to something close enough to a reserve ratio of 100%. This position was argued by Antoine Gentier in his 2003 book “Economie Bancaire: Essai sur les effets de la concurrence et de la réglementation sur le financement du crédit,” but you might also find it elsewhere in English. A short version of the argument is present in Gentier’s forthcoming paper in English in the JEEH.

He argues that in practice both positions are very close to another, because in the end what matters is not a snapshot or an average of reserve ratios, but the marginal reserve ratio. Indeed, “[p]ast money creation is not the main problem because it has already disrupted the economy by changing relative prices. The main problem relies in the ability of the banking system to create new currency now, and further distort the structure of production.” Over the period studied by Gentier (2003), and myself with Gentier (unpublished), while competing banks’ reserve ratio was very low, their marginal reserve ratio was close to 100%. Because of the phenomenon of adverse clearing, competing banks of issue are incapable of wildly expanding their circulation of banknotes. If they did they would be quickly drained of specie, much like was the case of the Ayr Bank in free banking era Scotland (See White 1995, 27-29). This is something Mises agrees to. It means that free banks could not create credit “out of thin air” like it is sometimes claimed, but had to do it almost entirely through accumulation of prior savings. This is one of the reasons that free banks have very high capitalization levels. At the margin, reserve ratios in free banking would indeed be “up very high and possibly close to 100 percent,” to use the words of Hummel.

White, L. H. 1995. Free Banking in Britain: Theory, Experience, and Debate, 1800-1845. 2nd ed. London: The Institute of Economics A ffairs.

The Online Library of Liberty’s Liberty Matters debate forum just hosted a very interesting discussion on Ludwig von Mises’ Theory of Money and Credit (1912). The lead essay is by Lawrence H. White, with comments by Jörg Guido Hülsmann, Jeffrey Hummel, and George Selgin, and a final reply by White.

It contains, among other things, an enlightening reply by White on Mises’ purported disapproval of free banking, and free banking’s supposed procyclicality. Other topics includes a reassessment of the original contributions of Mises’ book and how his “regression theorem” holds up with the emergence of bitcoins.

This passage in Hummel’s comment was of particular interest to me;

[W]e must carefully distinguish between favoring free banking as a legal regime and predicting how it would operate in practice. I think Larry goes too far when he seems to imply that Mises had in mind the kind of free banking that he (1999) and George (1988) predict would emerge without regulation: that is, a system in which reserve ratios are extremely low and banks adjust the money supply to demand in a way that stabilizes velocity. As much as I may agree with their prediction, I can assure them that Sennholz repeatedly affirmed his belief that unregulated competition among banks would drive reserve ratios up very high and possibly close to 100 percent, and he left the impression that such was Mises’s opinion as well.

Of course Hummel knows that both White’s and Sennholz are equally predictions, and admits his own support for the idea that reserve ratios would be extremely low. But what I want to get to is that Sennholz’s predictions are much less supported than White’s are. They are not equal predictions. This is important because elsewhere one-hundred-percenteers have suggested that the market would favor 100% reserves anyway.  White replies to this passage;

Mises in Human Action (p. 446) does quote Cernuschi to the effect that free banking would have narrowed the use of banknotes considerably, and in other ways suggests that reserve ratios under free banking would be, as Hummel puts it, “up very high and possibly close to 100 percent.” If that is Mises’s prediction, then on this point I do depart from Mises. In my 1992 essay that Hummel cites, I criticized Mises for suggesting that free banking would produce reserve ratios close to 100 percent. The best historical evidence we have, from the Scottish free-banking system and other mature systems, shows reserve ratios below 10 percent.

The historical evidence is one way of answering this. In my own research with Antoine Gentier (unpublished) we found that New England’s freest banking systems in terms of both freedom of entry and banking regulation (ie not in the “Free Banking Laws” sense) had similarly low reserve ratios. But there are also theoretical reasons.

Competition over bank’s financial stability does not only occur over reserve ratios. In our study, for example, banks competed over capitalization levels to prove their resilience. But they could also be competing over the liquidity of their assets, their demand debt to total debt ratio, or a variety of  “living will” arrangements (liability regime of shareholders, option clauses, clearinghouse memberships, etc.) just to name a few. I’m going to conjecture (and derogate from Selgin’s comment on the use of statistics), and say that given the prevalence of banknote circulation as a source of banking profit in free banking systems relative to the costs of these other ways banks can prove their financial stability, it is not at all a blind prediction, or one merely supported by historical anecdotes, to say that reserve ratios would be closer to 1% than they would to 100% under free banking. In fact, it would take a particularly unfree institutional environment for competition between banks to lead to 100% reserve ratios.

“From 1928, Hayek and Morgenstern had been the co-directors of the [Austrian Trade Cycle Institute], with its tiny staff. […] Instead of resorting to public works as a means of countering depression, the Austroliberals promoted Auflockerung – namely, price flexibility and the removal of market restrictions in the spheres of both production and employment. Elsewhere in the capital, public speeches by Mises and Hayek promoted the same economic philosophy.”

Emphasis mine, Robert Leonard, 2010, Von Neuman, Morgenstern and the Creation of Game Theory, p. 148.

Edit: Over on Facebook Klaas Hoherz and Justin Ptak alerted me to the fact that it’s “Auflockerung”, and not “autoflockerung” like a previous version of this post mentioned. Sorry about that.

L’économie autrichienne attire énormément de curieux, de novices et de profanes vers elle. Ou, du moins, beaucoup plus que les autres courants de pensée en sciences sociales, mis à part peut-être le marxisme. Souvent, en tant qu’économiste, je suis surpris de voir à quel point des gens qui n’ont aucune formation en économie, et pour qui la façon de penser de l’économiste est relativement nouvelle, comprennent pourtant bien certaines théories. Il y a bien évidemment aussi certaines lacunes. Par exemple beaucoup de ces économistes amateurs (je ne dis pas ça de façon péjorative) n’ont pas un esprit critique aussi fin que celui de mes collègues. Un autre comportement fréquent est une certaine myopie; ils écartent certains auteurs en fonction de critères superficiels comme leur appartenance ou non-appartenance, réelle ou ressentie, à certains courants de pensée.

Un argument que je vois souvent utilisé pour défendre l’école autrichienne, par ces férus de l’école autrichienne mais aussi parfois chez certains économistes, est que ses théories sont plus “réalistes” que celles des autres écoles de pensée. Cela peut s’interpréter de plusieurs façons qu’on peut généralement regrouper en deux catégories : (1) les hypothèses de l’école autrichienne sont plus réalistes, (2) les conclusions sont plus près de la réalité.

Bien entendu, aucun économiste ne cherche à être complètement déconnecté de la réalité et à avancer une théorie complètement irréaliste. Pourtant, il vaut mieux ne pas utiliser l’adjectif réaliste pour parler de l’école autrichienne, et ce pour une multitude de raisons.

Ceux qui prétendent que l’école autrichienne avance une théorie aux hypothèses plus “réalistes” le font parfois à partir du sentiment que celle-ci aborde de véritables hommes et non pas comme des calculettes maximisatrices. Sans suggérer que s’attacher à la réalité est superflu, ou que la théorie gagne à être complètement abstraite, un certain niveau d’abstraction, et donc de détachement de la réalité, est nécessaire. Il y a un exemple que j’aime donner à mes étudiants pour leur expliquer ce qu’est un modèle; celui de la mappemonde. Si l’on devait créer une mappemonde “réaliste”, qui traduit parfaitement la réalité, elle serait… complètement inutile. Tout d’abord elle serait à l’échelle 1:1, donc impossible à transporter avec soi, ensuite les routes et les villes seraient grandeur nature, donc difficilement visible sans l’abstraction des traits de couleurs et des grandes lettres indiquant les lieux. Cette mappemonde “réelle” ne nous serait d’aucune aide pour établir un itinéraire, ou pour comprendre comment le monde est fait. A l’inverse, les mappemondes comme on les connait, bien qu’elles soient abstraites, bien qu’elles déforment la réalité, bien qu’elles omettent presque tous les détails qui font que le monde est monde, nous aide à comprendre la géographie.

La même chose peut être dite de la théorie économique; un modèle pour expliquer le comportement des hommes qui serait parfaitement réel serait parfaitement illisible. Pour rendre ces comportements lisible et compréhensible, la science économique a justement choisi de se concentrer sur la rationalité. Réfléchir aux choix et actions de l’homme à partir de sa rationalité permet d’isoler certains traits, et ainsi pouvoir théoriser sur ceux-ci. Bien entendu, ce qui fait que l’homme est homme va bien au-delà de sa rationalité. Ceci n’exclut donc pas la possibilité, et la nécessité, des analyses pluridisciplinaires. Comme Hayek le rappelait: “Un économiste qui serait seulement un économiste ne sera jamais un grand économiste, et je suis même tenté d’ajouter que l’économiste qui n’est qu’un économiste est susceptible de devenir une nuisance si ce n’est pas un réel danger.” Peter Boettke se plait à ajouter à cette citation que la seule chose pire qu’un économiste qui ne connait que l’économie est le philosophe politique qui ne connait pas d’économie.

La seconde interprétation serait que la théorie autrichienne décrit mieux la réalité. Or, c’est une interprétation qui pose encore plus problème puisque la théorie autrichienne se veut subjectiviste, et que les phénomènes économiques significatifs, comme la valeur ou les anticipations, n’existent pour ainsi dire que dans le ressenti individuel de chaque individu. Si, en effet, il semble que la théorie autrichienne établisse de meilleures “prédictions”, il faut comprendre qu’elle s’attache précisément à être jugée non pas sur la qualité de ses prédictions, mais sur la qualité de son raisonnement aprioriste. Prétendre qu’elle décrit mieux la réalité objective serait se méprendre sur la nature de ce que la théorie autrichienne tente d’expliquer et sur les critères de scientificité en sciences sociales.

Il n’est donc pas tout à fait exact de prétendre qu’un type d’analyse économique, et tout particulièrement l’analyse de l’école autrichienne, est plus “réaliste” que ses alternatives. On peut en revanche tout à fait défendre que l’école autrichienne explique mieux les phénomènes concernés, qu’elle choisit des abstractions plus pertinentes, ou encore qu’elle s’attaque à des questions qui semblent plus intéressantes et importantes que d’autres écoles de pensée.

Si vous aviez des cours d’économie au lycée, dans votre BTS ou à l’Université, vous avez probablement appris que l’inflation était une hausse généralisée et durable du niveau des prix. C’est par exemple la définition qu’emploient les journalistes lorsqu’au JT vous entendez dire que “l’inflation est stable” (qui veut donc dire que les prix augmentent à un rythme stable). C’est aussi, sans trop de surprise, la définition utilisée par la plupart des économistes.

Il existe toutefois une vision alternative selon laquelle le mot inflation devrait conserver sa signification historique, c’est à dire une augmentation de la masse monétaire. En d’autres mots, la définition “d’inflation” serait le fait de créer de la monnaie, et qu’il y en ait donc plus en circulation qu’auparavant. Malgré l’enthousiasme et la préférence de plusieurs économistes pour cette seconde définition, elle a du mal à gagner en popularité. Cette définition est-elle plus juste que la définition plus répandue? Read the rest of this entry »

Steven Horwitz, le 29 novembre 2010

Depuis le début de la crise financière et de la récession, il y a un regain d’intérêt pour les idées de l’économie autrichienne chez les chercheurs, les intellectuels, et même les médias. Pour la première fois depuis longtemps, le cadre analytique de l’économie autrichienne est mentionné, s’il n’est pas pris au sérieux, par une certaine variété de faiseurs d’opinions. Il s’agit, bien sûr, d’une bonne chose.

Toutefois, en même temps, cette popularité a conduit de nombreuses personnes à utiliser le label « Autrichien » pour décrire leur point de vue sur des questions autres que celles se rapportant au cadre analytique qu’ils apportent à la science économique. En particulier, « Autrichien » est devenu le quasi équivalent d’« économie de marché » ou « libertarien » non seulement indirectement, mais directement par l’utilisation de termes tels qu’« austro-libertarien » pour décrire certaines mesures économiques ou certaines visions du monde. Le résultat est que, malgré cette publicité supplémentaire, ce qu’EST l’économie autrichienne a souvent été déformée en quelque chose qu’elle N’EST PAS. Read the rest of this entry »

%d bloggers like this: