Deux choses à propos de l’empoisonnement potentiel chez Quick;

  1. J’ai toujours trouvé que les Quick avaient l’air d’être en déficit de management énorme par rapport à McDo, mais sans en faire cas, me disant que c’était peut-être une situation optimale à la fois pour Quick et pour ses clients. S’il y a bel et bien eu empoisonnement, on pourra dire que cette situation n’était pas si optimale que ça…
  2. Il sera intéressant de voir s’il y a “contagion” informationnelle chez McDo ; les consommateurs sauront-ils discriminer et limiter leur méfiance à Quick? La littérature économique sur la contagion étudie plusieurs cas similaires, par exemple les menaces terroristes d’empoisonnement du Tylenol (des anti-inflammatoires) et de Pepsi aux Etats-Unis, ou encore des scandales de lait contaminé, des rappels sur les automobiles, ou encore des catastrophes aériennes. Dans presque toutes ces études, les consommateurs semblent assez bien faire la part des choses ; la contagion est limitée à une seule firme et non pas à toute l’industrie. C’est donc dire qu’on peut penser que les ventes de McDonalds, et les autres concurrents de Quick, ne souffriront pas trop. Toutefois ces études ne sont qu’histoire, et il sera intéressant de voir les évènements s’enchaîner dans ces prochaines semaines.