Archives for category: Actualités

I’ve had three working papers made available on SSRN recently. One is economic history, another one is political economy, and the third one is contract theory. Two of them are related to free banking, and two are related to insolvency. In order of pre-publication:

  1.  Free Banking and Economic Growth in Lower Canada, 1817-1851, with Vincent Geloso

    Generally, the historical literature presents the period from 1817 to 1851 in Lower Canada (modern day Québec) as one of negative economic growth. This period also coincides with the rise of free banking in the colony. In this paper we propose to study the effects of free banking on economic growth using theoretical and empirical validations to study the issue of whether or not economic growth was negative. First of all, using monetary identities, we propose that given the increase in the stock of money and the reduction in the general price level, there must have been a positive rate of economic growth during the period. We also provide complementary evidence drawn from wages that living standards were increasing. It was hence impossible for growth to have been negative. Secondly, we propose that the rise of privately issued paper money under free banking in the colony had the effect of mitigating the problem of the abundance of poor quality coins in circulation which resulted from legal tender legislation. It also had the effect of facilitating credit networks and exchange. We link this conclusion to the emergence of free banking which must have been an important contributing factor. Although we cannot perfectly quantity the effect of free banking on economic growth in Lower Canada, we can be certain that its effect on growth was clearly positive.

  2. Robust Political Economy and the Insolvency Resolution of Large Financial Institutions

    This research applies the robust political economy framework to a comparative institutional analysis of large US financial institutions insolvency procedures. The regimes investigated will be the bailout of financial institutions, Dodd-Frank Act’s Orderly Liquidation Authority, both through procedures that follow original intent and through a ‘bail-in’ route, and 3 bankruptcy possibilities including Chapter 11, a so-called “Chapter 14,” and a mandatory auction mechanism used as a benchmark. We study the robustness of these regimes’ procedures through 5 criteria, both ex ante and ex post. These are the initiation of insolvency procedures, Too-big-to-fail moral hazard, the filtering mechanism, the allocation of resources, and their alleged systemic externalities containment abilities.

  3. In Which Context is the Option Clause Desirable?

    The option clause is a contractual device from free banking experiences meant to prevent banknote redemption duels. It has been used within the Diamond and Dybvig [Douglas W. Diamond and Philip H. Dybvig. 1983. “Bank Runs, Deposit Insurance, and Liquidity.” Journal of Political Economy 91 (3): 401-419] framework to suggest that very simple contractual solutions can act as an alternative to deposit insurance. This literature has however been ambiguous on whether the option clause can replace deposit insurance outside of those two contexts. It will be argued that the theoretical clause does not generally affect the likelihood that a solvent bank goes bankrupt because of a bank run, as empirical evidence suggests it is already near null, and that the exercise of the clause will have the effect of diminishing the size of creditor claims on bank assets because it exacerbates the agency problem of bank debt. It will therefore be argued that the clause is only desirable in (a) free banking systems that are historically devoid of bank runs in the first place and have other means of managing debt-related agency problems, and (b) under the unrealistic assumption that bank runs are self-fulfilling prophecies. It will be argued that the agency problem of bank debt make the option clause undesirable outside of free banking systems.

There’s more where those came from, I might add another one soon, on bankruptcy theory.

Advertisements

Here’s an interesting CfP that might not have been distributed as widely as it deserves. My understanding is that the initiative is from Prof François Facchini.

The controversies between Hayek and Keynes began in 1929 when Hayek, then a Privatdozent at the University of Vienna, gave lectures at the LSE. The opposition appeared in their respective books Prices and Production, Monetary Theory and the Trade Cycle, A Treatise on Money and their comments on these books published in journals. Keynes was in favour of an active monetary and fiscal policy, while Hayek thought that money has to be neutralised in order to respect the natural rate of interest and the structure of capital. The controversies continued about the ways to finance the war and the financial system to be established after the war, but both men agreed about the free enterprise. After Keynes’ death, there was an alliance between neoclassical theory and bastard keynesianism, that has eclipsed the economic thinking of Hayek. But in recent decades the decline of keynesianism has awoken hayekienism.

The object of the conference is the controversies between Hayek and Hayekians on one side and Keynes and Keynesians on the other side. These controversies are numerous and various since the ideas of Keynes and Hayek have varied. E.g. the money of the Treatise is not the money of the chapter 13 of the General Theory and the money of Prices and Production or Monetary Theory and the Trade Cycle is not the money of Denationalisation of Money and that the ideas of Keynesians and Hayekians are even more numerous.

Therefore the scope of the conference is a priori very large. The scientific committee will study every proposition that may refer to the debate Hayek-Keynes: these propositions may refer to theory and methodology, to history, to economic policies, to the 30’s, to the problems of the present crisis…

The committee includes Post-Keynenesian and Hayekian colleagues. It will select 12 propositions coming from Keynesians and 12 coming from Hayekians and will group them by subject in order to organize debates between the two schools. We remind that Keynes and Hayek, albeit very opposite in ideas, had very cordial relationships. We hope it will be the same for Keynesians and Hayekians during the conference.

Paper submission deadline: July 31, 2014
Communication of Acceptance: August 31, 2014
Final papers due by: October 15, 2014

Download the pdf for more details.

“From 1928, Hayek and Morgenstern had been the co-directors of the [Austrian Trade Cycle Institute], with its tiny staff. […] Instead of resorting to public works as a means of countering depression, the Austroliberals promoted Auflockerung – namely, price flexibility and the removal of market restrictions in the spheres of both production and employment. Elsewhere in the capital, public speeches by Mises and Hayek promoted the same economic philosophy.”

Emphasis mine, Robert Leonard, 2010, Von Neuman, Morgenstern and the Creation of Game Theory, p. 148.

Edit: Over on Facebook Klaas Hoherz and Justin Ptak alerted me to the fact that it’s “Auflockerung”, and not “autoflockerung” like a previous version of this post mentioned. Sorry about that.

Partout on voit les chroniqueurs citer l’article de 1983 de Diamond & Dybvig comme référence sur la ruée bancaire grecque, et maintenant aussi au sujet de l’Espagne. Paul Krugman l’a fait dans le New York Times, mais il n’est pas le seul. Je ne crois pas que ce soit vraiment une bonne référence pour penser aux ruées bancaires en Grèce. En fait j’irais même plus loin dirait qu’il s’agit de ce que Machlup appelait la “concrétude malplacée” (misplaced concreteness) où on cherche des politiques économiques immédiatement applicables dans des modèles qui n’ont rien à voir avec la réalité.

Le modèle de Diamond & Dybvig présente une ruée bancaire un peu particulière, c’est une réaction à une tache solaire (il n’y a aucune cause), les déposants ne peuvent pas réviser leurs anticipations (obligation de pousser la banque jusqu’à l’insolvabilité à chaque fois). C’est un modèle où il n’y a qu’une “banque” avec pour seule fonction de mettre certains risques en commun, elle est donc en fait plus près d’une assurance. Elle ne fait aucun prêt, aucun crédit, n’offre aucun billet de banque et n’a pas de capital. N’est pas modélisé la peur d’une faillite bancaire, ni la “transformation” à proprement parler, mais un problème de liquidité.

Diamond-Dybvig est donc un modèle déterministe, qui est parfois cité de façon pertinente, mais ce n’est pas un modèle vers lequel il faut se tourner à la recherche de solutions concrètes et directes aux problèmes actuels des banques européennes.

Il y a en finance tout une littérature qui suggère que la diversification, au lieu de réduire le risque, l’augmente. Avec des démonstrations principalement mathématiques, ils modélisent un portefeuille donc le risque augmente avec la diversification. J’ai toujours été très sceptique, parce que la modélisation s’appuie sur une structure institutionnelle très particulière, et des incitations qui sont dès la base viciées. En d’autres mots le modèle est déterministe.

Cependant, en lisant sur les problèmes que semble rencontrer JP Morgan dans la presse, je me demande s’il n’y a pas un argument autrichien pour cette idée. Avec une incertitude radicale à la Rizzo/O’driscoll/Friedman, n’est il pas impossible de réduire le risque par un simple hedge? Comment hedger un “unknown unknown”? À méditer.

On demande souvent aux économistes de faire des prédictions, en particuliers quelle sera la prochaine bulle financière, faisant suite à la bulle des subprimes aux É.-U. Bien entendu, les économistes ne peuvent pas répondre à ces questions, ils ne connaissent pas plus l’avenir que vous. On peut toutefois se montrer méfiant comme le fait Jerry O’Driscoll, sur la base de certaines observations qui semblent aberrantes.

Petit rappel technique sur les bulles financières ; ce sont des clusters d’erreurs d’investissement à grande échelle. On parle de bulle quand tout un marché s’est emballé autour d’un type de projet, et que ces projets ne pourront pas être portés jusqu’au bout. Selon l’explication Hayek-Garrison, il y a alors eu malinvestissement, c’est-à-dire que les décisions ont été guidées par une illusion monétaire sur la disponibilité des ressources investissables. Cette illusion monétaire a lieu lorsque la création monétaire laisse supposer que certains secteurs seront plus rentables qu’ils ne le seront réellement. Les taux d’intérêts américains ayant été maintenus très bas pendant une très longue période par une création monétaire à grande échelle de la Fed, on peut supposer qu’il y a en ce moment des malinvestissements qui sont réalisés ; des bulles latentes.

La société AMR, maison mère d’American Airlines et une petite dizaine d’autres filiales apparentées, a passé un contrat record de 460 avions avec Airbus et Boeing, dont 365 avions pour le constructeur français. Ce marché permettera à AMR de passer de la plus vieille flotte du marché américain à la flotte la plus récente en à peine 5 ans. Les contrats chez les sociétés aéronautiques sont des montages financiers complexes ; les 230 premiers avions seront entièrement financés par les fabricants aéronautiques pour la rondelette somme de 13 milliards de dollars, et loués sous forme d’un crédit-bail à AMR. Le but de cette opération est de ne pas alourdir son bilan déjà mal en point. Et en effet, AMR a annoncé plus de 236 millions de dollars de pertes parmi ses filiales au dernier trimestre. Elle n’a pas réalisée de profits depuis 2007. Comme le fait remarquer Holman Jenkins dans le Wallstreet Journal, c’est comme si les deux plus grandes banques du marché accordaient un prêt immobilier “subprime” à AMR, sans lui demander d’apport personnel, pour 115% de la valeur de son bien. On se retrouve dans une situation qui rappelle celle ayant menée à la crise immobilière aux É.-U., sans bien sur que cela ne prouve quoi que ce soit.

Il existe évidemment beaucoup d’autres bons candidats pour les bulles financières (l’or, le pétrole, le marché de l’immobilier à nouveau, etc.). L’économiste doit rester humble face au futur et aux phénomènes complexes, tout en gardant un oeil ouvert à ce qui pourrait se révéler être du malinvestissement.

Deux choses à propos de l’empoisonnement potentiel chez Quick;

  1. J’ai toujours trouvé que les Quick avaient l’air d’être en déficit de management énorme par rapport à McDo, mais sans en faire cas, me disant que c’était peut-être une situation optimale à la fois pour Quick et pour ses clients. S’il y a bel et bien eu empoisonnement, on pourra dire que cette situation n’était pas si optimale que ça…
  2. Il sera intéressant de voir s’il y a “contagion” informationnelle chez McDo ; les consommateurs sauront-ils discriminer et limiter leur méfiance à Quick? La littérature économique sur la contagion étudie plusieurs cas similaires, par exemple les menaces terroristes d’empoisonnement du Tylenol (des anti-inflammatoires) et de Pepsi aux Etats-Unis, ou encore des scandales de lait contaminé, des rappels sur les automobiles, ou encore des catastrophes aériennes. Dans presque toutes ces études, les consommateurs semblent assez bien faire la part des choses ; la contagion est limitée à une seule firme et non pas à toute l’industrie. C’est donc dire qu’on peut penser que les ventes de McDonalds, et les autres concurrents de Quick, ne souffriront pas trop. Toutefois ces études ne sont qu’histoire, et il sera intéressant de voir les évènements s’enchaîner dans ces prochaines semaines.

Alors qu’il y a un an ou deux on a pu entendre et lire à mainte reprise l’expression funeste “we are all keynesian now” dans les médias, la fin de l’année 2010 semble être marquée par l’actualité de la pensée de F.A. Hayek. The Economist, Newsweek, le Wallstreet Journal et d’autres médias encensent maintenant la théorie des cycles de Hayek. Ainsi, on peut lire qu’Hayek a gagné sur Keynes, et même sur Friedman.

Ce n’est pas vraiment que je sois malheureux que l’on s’intéresse à Hayek, l’un des penseurs les plus fascinants du 20ième siècle, mais je dois avouer que j’ai souvent l’impression qu’on ne rend pas justice à toute la richesse et la subtilité de la théorie des cycles dite autrichienne. C’est une littérature lourde et complexe, qui s’appuie sur des débats de fond comme la nature de la formation des prix, la nature des biens de capitaux, la formation des taux d’intérêt, la nature ce qui détermine la confiance dans l’économie, le débat sur la nature de la valeur,  l’origine de la monnaie, et j’en passe. L’une des particularités de l’école autrichienne en économie est d’attirer beaucoup plus de partisans non-économistes que les autres écoles de pensée, mis à part peut-être le Marxisme, qui ne savent pas forcément apprécier toute la subtilité de la théorie.

Je me demande s’il n’y a pas des coûts que l’on ne voit pas au déferlement des versions presque “bande-dessinée” de la théorie autrichienne dans la presse. Ces coûts pourraient par exemple s’exprimer par un brouillage ou un parasitage du message Autrichien. Cela pose la question de la proximité du libéralisme avec l’analyse économique autrichienne ; et si, pour conserver sa crédibilité, la pensée autrichienne avait besoin de plus de distance avec le discours économique courant ?

%d bloggers like this: